Dans la forêt

Lieu : Hourtin
Mission : complète
Surface plancher : sans objet
Coût : 45.000€ TTC
Statut : livré en novembre 2021
Durée : 10 mois étude + 2 mois chantier

Le phare d’Hourtin est composé de deux tours identiques construites en 1863, sur une des plus hautes dunes du littoral. La tour Sud s’éteint en 1894, la tour Nord est encore en activité aujourd’hui pour la signalisation maritime. Sa lanterne a été automatisée en 1964, et le bâtiment est classé à l’inventaire des Monuments Historiques en 2009. Engagée dans une démarche globale de rénovation du phare, la Direction Interrégionale de la Mer Sud Atlantique prévoit son ouverture au public prochainement. Dans ce cadre, l’architecte doit mettre aux normes le parapet du balcon et proposer une table d’orientation, tout en respectant le patrimoine.

Accessible en vélo via une route forestière, le phare est perdu au milieu des pins maritimes… La forêt domaniale d’Hourtin, réserve naturelle gérée par les forestier·e·s de l’ONF, est située entre le lac et l’océan. Elle forme le premier paysage visible autour et depuis le phare, bien avant l’océan que l’on devine à l’horizon. Le patrimoine naturel est donc tout aussi important que le patrimoine bâti. Une fois que l’on a grimpé les quelques 20 mètres d’altimétrie de la tour, la promenade du balcon accueille le visiteur·euse entre le carré du balcon, et le cercle de la chambre de la lanterne.

La norme NFP 01-012, qui réglemente les garde-corps, met en relation deux dimensions : la hauteur et l’épaisseur. Dans le cadre du parapet existant, deux mouvements sont envisagés pour la mise aux normes : un épaississement, ou un rehaussement. Il a été fait le choix de ne pas trancher entre ces deux mouvements, mais au contraire de les retenir tout les deux afin de sculpter une forme dynamique qui, tel un origami de métal, vient se poser sur le parapet. Des facettes sont ainsi créées et constituent un support pour des informations replaçant le phare dans son contexte paysager, mais aussi historique et technique. Dans le cadre de la commande, l’architecte propose et dessine également le contenu.

Enfin, le choix de l’acier corten s’est fait naturellement. En effet, ce matériau contemporain et résistant présente des similitudes de coloris évidentes avec la brique du phare. Le métal permet en outre des jeux intéressants de pliage, l’illusion de la légèreté. Un travail de perforation permet ainsi d’inscrire les informations de la table d’orientation.

Ce projet est l’occasion de mettre en lumière le travail des serruriers de la Manufacture des Métaux, qui ont réalisé le garde-corps / table d’orientation.